JT

Marketing territorial : Fédérer la communauté – avril 2017

Bienvenue dans notre 14ème numéro de Territoires Numériques. Aujourd’hui, nous allons parler de marketing territorial des collectivités. Comment choisir les outils et services numériques ? Comment les collectivités doivent-elles...

Marketing territorial : Fédérer la communauté – avril 2017

Bienvenue dans notre 14ème numéro de Territoires Numériques. Aujourd’hui, nous allons parler de marketing territorial des collectivités. Comment choisir les outils et services numériques ? Comment les collectivités doivent-elles se les approprier ? Quel impact escompter ? Autant de questions que nous allons aborder avec notre invité, Antoine Angeard, Directeur du CNER.

6 avril 2017

I- Interview de Antoine Angeard, Directeur du CNER

Quels sont aujourd’hui les enjeux des agences économiques locales et comment le CNER les aident-elles dans leurs missions?

Le CNER est une fédération qui regroupe les agences de développement. Elles peuvent se consacrer à des sujets d’économie, d’ingénierie territoriale ou même d’attractivité. Ce sont à peu près 80 structures installées partout en France. Les enjeux des agences aujourd’hui consistent à répondre efficacement aux besoins des entreprises et des collectivités.

Elles font souvent appel à vous?

Nous somme en contact permanent avec elle, que ce soit physiquement, par téléphone ou par internet. Cela ne vous surprendra sans doute pas mais de plus en plus de nos projets ont une dimension numérique, pour faciliter la communication entre les agences ou avoir un service rendu via une plateforme numérique.

Le Place Marketing Forum a rassemblé récemment beaucoup de collectivités à Lyon, que pensez-vous de cet évènement?

C’est un très beau forum. Le CNER en est d’ailleurs partenaire depuis le début. Nous soutenons cette démarche, aussi parce qu’il nous manquait à côté des opérationnels de terrain comme on peut en avoir dans nos agences, des universitaires pour prendre du recul aussi.

Les outils de marketing territorial sont-ils coûteux? Numérique et développement économique sont complètement liés?

Les territoires veulent aujourd’hui passer un message à leurs citoyens et plus largement à une plus vaste échelle. Aujourd’hui, le numérique permet de parler à tout le monde à partir du moment où l’on s’y prend bien. Il suffit de savoir à qui l’on souhaite s’adresser et ce que l’on souhaite dire. Il suffit de quelques clics, ce n’est donc pas très coûteux ni compliqué à partir du moment où l’on a une stratégie claire.

L’autre vertu du numérique, c’est sa capacité à fédérer?

En effet, comme le dit très bien Philippe Augier dans le reportage, le numérique est un outil fédérateur. Aujourd’hui le CNER publie par exemple des MOOC disponible partout dans le monde. Toutes ces applications concrètes permettent d’animer des communautés internationales ou locales. Souvent dans ces démarches, le premier bénéfice est la création d’une communauté d’acteurs au profit d’un projet, et c’est exactement la manière de fonctionner de nos agences aujourd’hui, composée d’institutionnels, de collectivités, de l’Etat, de spécialistes, d’entreprises et d’universitaires. Tout le monde est autour de la table pour élaborer ensemble des constats communs et concevoir des stratégies pertinentes.

Quels sont les exemples de territoires qui ont pu tirer à ce jour leur épingle du jeu grâce à votre accompagnement et grâce au numérique?

Only Lyon et ses 26 000 ambassadeurs en est un très bel exemple. L’Alsace ou la Bretagne ont su également mettre en place aussi des réseaux d’ambassadeurs.

En Auvergne, l’agence des territoires d’Auvergne a mis en place un projet baptisé Auvergne Life et qui vise à s’appuyer sur des bloggeurs et des influenceurs. L’idée est aussi de profiter de leurs audiences.

Quel rôle peut jouer le CNER pour que les très petites entreprises puissent s’approprier l’outil numérique et ses usages?

C’est une question d’autant plus importante que beaucoup de TPE voient déferler le numérique sans malheureusement savoir exactement comment se l’approprier. Régulièrement, les agences organisent des évènements, à l’instar de ce qui a pu se faire sur le territoire de Marmande où La nuit du net a été organisée. D’autres agences organisent parfois des hackathons. Il y a donc vraiment des choses nouvelles qui arrivent. Beaucoup d’agences proposent aussi des solutions pour faciliter la vie des entreprises, avec la création d’espaces de coworking ou de tiers lieux. C’est le cas dans des territoires urbains mais aussi et surtout dans des zones rurales. C’est l’occasion une fois encore, grâce à ce fabuleux outil de rencontrer d’autres acteurs et pourquoi pas de créer ensemble de nouveaux projets.

II – LA REVUE DE PRESSE :

1 – On commence la revue de presse avec le début de l’aménagement – tant attendus – de « Kilomètre Zéro », à Mulhouse. Les premières structures de cette Cité Numérique devraient apparaître début avril, sur la grande friche industrielle des locaux historiques de la SACM, Société Alsacienne de Construction Mécanique. Tout un symbole !… Au fleuron de l’industrie, qui a produit locomotives, machines à tisser et autres moteurs, succèderont des espaces de coworking, des grandes entreprises, des startups, un FabLab et des instituts de formation.

Fondé sur un partenariat public/privé, les chantiers des 10 000 mètres carrés de KM0 sont vastes. Ils ouvriront dès la rentrée de septembre 2018.

2 Quittons Mulhouse pour Nevers… où sera bientôt testée l’ouverture des données numériques, le fameux Open Data ! En partenariat avec Territoires numériques Bourgogne Franche-Comté et le Département, Nevers agglomération fait partie des 9 territoires français, choisis par l’Etat pour lancer une expérimentation. Concrètement : un socle de données communes a été défini. Accompagnées par l’Association Opendata France, les collectivités vont devoir les collecter puis les rendre accessibles à tous les citoyens.

Quelques exemples de domaines concernés : subventions aux associations, services urbains (transport, déchets, eau), permis de construire, etc.

Les plans locaux d’urbanisme mis en ligne sur une plateforme numérique pourraient ainsi être utiles aux promoteurs ou aux architectes et la liste des équipements sportifs et des espaces verts, utilisée par les habitants de la ville mais aussi par les touristes.

3 – On termine avec InoOut… C’est officiel ! L’année prochaine, du 14 au 18 mars 2018, Rennes métropole et la région Bretagne organiseront un événement dédié à la mobilité et au numérique. Plusieurs partenaires sont associés à l’événement comme Blue Solutions, Orange, le Groupe PSA et la SNCF.

InOut – c’est son nom – sera un rendez-vous professionnel et international, articulé autour de conférences et d’expérimentations, dans l’espace public, avec les usagers.

L’appel à candidatures est ouvert et les bonnes idées – comme de nouveaux modes de transports ou des véhicules personnalisés – sont attendues. Le principe est simple : venir en parler à Rennes Métropole mais aussi : pouvoir faire des tests grandeur nature, d’où le « In » et le « Out ». Alors lancez-vous !

 

Mis à jour le 6 avril 2017

Commentaires