JT

La Tournée du Numérique : Jean-Philippe Delbonnel, conseiller municipal à Fleury-les-Aubrais

On associe souvent spontanément le numérique à la sédentarité, mais pour notre invité, elle évoque plutôt la mobilité ! En effet, Jean-Philippe Delbonnel a réalisé une grande Tournée du...

La Tournée du Numérique : Jean-Philippe Delbonnel, conseiller municipal à Fleury-les-Aubrais

On associe souvent spontanément le numérique à la sédentarité, mais pour notre invité, elle évoque plutôt la mobilité ! En effet, Jean-Philippe Delbonnel a réalisé une grande Tournée du numérique, un tour de France et d’Europe à la recherche des initiatives numériques les plus inspirantes. Par ailleurs, élu en charge du numérique, à Fleury les Aubrais, tout près d’Orléans, Jean-Philippe Delbonnel ne s’est pas contenté de rencontrer citoyens et entrepreneurs, il a aussi interrogé les collectivités.

6 février 2017

I-Interview de Jean-Philippe Delbonnel, conseiller municipal à Fleury-les-Aubrais, en charge du développement numérique et auteur de la Tournée du Numérique.

Vous avez effectué une tournée du numérique en France et en Europe en 2016. Vous la prolongez cette année. Comment vous est venue cette idée ?

J’ai été élu en 2014 au développement numérique à Fleury-les-Aubrais. Je me suis alors posé un certain nombre de questions : par où commencer? quelles sont nos marges de manœuvre ? Quelle peut être la place du numérique pour ma commune? Parallèlement, je voyais naître un peu partout en France des incubateurs, des accélérateurs, des start up. On parle de plus en plus de Big Data, de fibre optique, de e-démocratie. J’ai donc cherché un moyen pour découvrir tout ce que l’on pouvait faire grâce au numérique. Et comment ce dernier pouvait être un support, un moyen pour améliorer le quotidien et pour générer des économies.

Avec le prolongement de votre tournée en 2017, avez-vous l’ambition de proposer des projets de loi ?

J’aimerais en tout cas pouvoir soumettre le livre à l’ensemble des candidats à la présidentielle. Parmis les 200 pages qui le composent, on trouve mes impressions sur les différentes rencontres mais surtout des témoignages de toutes celles et tous ceux qui font le numérique.

Les collectivités territoriales sont-elles aujourd’hui de plus en plus numérisées ? Avez-vous vu chez celles que vous avez pu découvrir, une capacité à s’adapter ?

Je me suis rendu dans 25 communes au quatre coins de la France. Il y a une sensibilisation directe au numérique. Mais, il reste à voir bien évidemment avec le temps si cela dépasse l’effet de mode et si cela correspond a une réelle prise de conscience. De cette Tournée du numérique, je retire 3 critères nécessaire pour pouvoir prétendre être une ville numérique : celui de la smart city ou de la ville intelligente, celui de la ville éco responsable et enfin celui de posséder un écosystème composé d’acteurs du numérique. Les initiatives que j’ai pu découvrir étaient toutes très différentes, allant de la mise en place de borne de satisfaction à Angers à une politique d’installation de wifi linéaire en ville comme cela est le cas à Bordeaux. Dans tous les cas, le réseau THD est la base de tout, c’est le premier chantier qu’il faut terminer.

Existe-t-il une grande différence dans la pratique numérique en France et en Europe ?

Mon premier déplacement a été à Jun en Espagne. C’est une petite commune de 3700 habitants où le maire, José Antonio Rodriguez Salas a développé la démocratie horizontale. Toute la ville est entièrement gérée via le réseau social twitter. 70% de la population possède un compte et tout le monde peut interagir avec le maire. Cela permet aux habitants de faire remonter les problèmes rencontrés au quotidien ou de proposer des idées. En France, nous avons un système pyramidale qui nécessite de passer par un certain nombre d’échelons avant de pouvoir joindre Monsieur ou Madame la Maire. À Jun, tout le monde est au même niveau et peut interagir en direct. Je suis aussi allé découvrir aussi “l’e-Estonie”. Les estoniens ont par exemple lancé l’IDCard. Ce pays est considéré comme le 3ème Etat le plus numérique au monde. Ils ont beaucoup d’avance sur nous notamment pour la télémédecine. Concrètement, vous êtes aidés par une infirmière ou un infirmier et à distance, vous avez votre ordonnance. Je viens de la Région Centre, c’est l’une des régions les plus touchées par la désertification médicale. On ne parle pas assez de télémédecine. Aujourd’hui, si les médecins veulent rester au bord de la mer ou auprès de leurs familles tout en répondant au besoin médicaux de certains territoires, cela est possible grâce au numérique.

A quoi ressemble la ville idéale de demain ?

Elle reprend les trois critères suivant : smart cities, ville éco responsable et dispose d’un écosystème. Je me suis surtout rendu compte d’une chose : même avec les meilleures technologies, les meilleures innovations, s’il n’y a pas l’humain derrière, cela ne marche pas. Dans ma commune, nous allons lancer un plan pour en faire la ville la plus numérique de France d’ici 10 ans. Cette année, nous allons lancer un plan d’action et de concertation en associant les habitants grâce à une plateforme collaborative. Pour faire de notre ville une Smartcity et collectivité éco responsable, on peut construire les infrastructures, mais pour faire un écosystème, il faut le bâtir avec des personnes engagés dans le numérique.

Lire aussi : La Tournée du numérique racontée dans un livre

 

II- La revue de presse

1 – On commence la revue de presse avec un appel Appel à candidatures pour les Prix européens de l’innovation 2017 « Le Monde » – Smart Cities. La deuxième édition de ce concours destiné à valoriser des projets d’innovation urbaine est ouverte aux acteurs de projets concrets publics ou du privés, du monde associatif ou de l’entreprise qui sont déjà entrés dans une phase de réalisation. Il s’agit bien de récompenser non pas les institutions mais des solutions concrètes en cours de réalisation.
Six catégories sont proposées :
– Le prix de l’innovation urbaine qui récompense une innovation technologique appliquée à la ville.
– Le prix de la participation citoyenne décerné à un processus démocratique dans lequel les citoyens jouent un rôle dans l’élaboration et la gestion des espaces et services urbains.
– Le prix de l’habitat
– Le prix de la mobilité
– Le prix de l’énergie décerné à un projet visant à réduire l’empreinte carbone des villes. Et – Le prix de l’action culturelle.
Chacun de ces prix sera doté de 1000 €, le lauréat du Grand Prix recevant 2000 euros.

2 – Passons maintenant à un rapport coproduit par Terra Nova et Google, rapport dont découlent 7 propositions pour favoriser la transition numérique dans les territoires isolés. Cette étude fait le pari que la transition numérique n’est pas une menace mais bien une chance de désenclavement, les nouveaux usages et outils permettant d’envisager un développement économique différent.
Ce rapport formule sept propositions dont les suivantes :
– Créer un office régional numérique dans chaque région.
– Intégrer l’enseignement des compétences numériques de base dans les formations professionnelles et continues dont les formations agricoles et artisanales.
– Favoriser l’essor de l’économie collaborative.
– Favoriser la mise en place de la télémédecine.
– Lever les obstacles à l’adoption du télétravail en proposant une négociation interprofessionnelle afin de faire évoluer le cadre légal.
Les propositions répondant également à une ambition d’inclusion sociale et civique.

3 – Et on termine notre revue de presse avec un nouveau service public numérique du nom de PIX. Après le C2i et le B2i (Brevet internet et informatique), voici PIX, la nouvelle plateforme en ligne permettant, à n’importe quel citoyen de plus de 13 ans, d’évaluer ses compétences numériques. La plateforme est encore en développement mais vous pouvez d’ores et déjà tester vos compétences dans 5 domaines dont la recherche d’infos, la communication et collaboration ou encore la création de contenu. C’est simple, vous êtes invité à répondre selon le domaine, à 15 à 20 questions et le nombre de bonnes réponses vous confèrera un score de PIX sur un global de 1024. A la rentrée 2017/18, la vous pourrez même recevoir un certificat reconnu au-delà de nos frontières, à condition évidemment de vous rendre dans un lieu agréé pour vous soumettre au test.

Mis à jour le 6 février 2017

Commentaires