Initiatives

Rollon, première monnaie numérique régionale

Quelques mois seulement après le lancement du Normandie Numérique Tour, dont l’objectif est d’inciter les entreprises et commerces à se numériser, la Normandie lance un nouveau projet fédérateur pour son territoire : le Rollon. Cette monnaie numérique régionale, une première en France, sera déployée à la fin du mois. Elle combinera les atouts du digital et la force du local. Explications.

Des exemples concluants

La Normandie était déjà adepte de ces monnaies locales, appelées aussi parfois monnaies complémentaires. Depuis de nombreuses années maintenant circulent en effet, l’Agnel à Rouen et Le Grain au Havre. Les résultats très positifs de ces deux dispositifs ont donnée envie à Hervé Morin, Président de la Région Normandie d’aller plus loin en profitant de la fusion des ex Basse et Haute Normandie pour lancer la première monnaie numérique à l’échelle régionale. L’ancien ministre explique ainsi sa démarche : « Convaincu de l’utilité d’un tel outil pour favoriser le développement économique, la Région a engagé, dès juin 2016, avec les monnaies locales existantes et tous les partenaires du territoire, un travail partenarial et collaboratif pour la création de la monnaie normande en 2018. C’est une opportunité formidable de valoriser la culture normande et de renforcer les liens entre les différents acteurs du territoire, associant les citoyens, les entreprises, les associations et les collectivités, à un projet économique et social fondé sur des principes et des valeurs communs ». 

Rollon, Guillaume ou Mathilde ?

Pour trouver un nom fédérateur à cette monnaie, la Région Normandie a lancé à l’hiver dernier deux consultations. La première avait permis de départager une liste de noms proposés. A côté de Rollon, on trouvait par exemple « Mathilde, Guillaume, La Griffe, Léo ou encore Yarl » qui veut dire « le comte » en langue scandinave. Afin de départager les  6 propositions les plus plébiscitées par les internautes, une seconde consultation a eu lieu en janvier. Le Rollon est arrivé premier avec 47 % des suffrages.

Retour aux sources en quelque sorte puisque Rollon est le père de Guillaume le Conquérant. En cela, il est considéré par les historiens comme le premier duc de Normandie. Il régna entre 911 et 927 et pour l’anecdote,  il est parfois aussi appelé Robert Ier le Riche et fut le premier à créer une monnaie normande à son effigie. Tout un symbole donc.

La fin de l’euro ?

Mais concrètement, comment ça fonctionne une monnaie locale comme le Rollon ? Le principe est le suivant : tout d’abord, le Rollon n’a pas vocation à remplacer l’euro. A l’instar des nouveaux systèmes de paiement par smartphone et au grand dam peut-être des numismates, c’est une monnaie dématérialisée, entièrement numérique. Grâce à une application mobile ou une carte de paiement, les normands pourront échanger leurs euros contre des Rollons. La valeur de ces derniers étant paritaire à l’euro, le risque de spéculation est nul. De plus, l’application permettra de géolocaliser les commerçants partenaires de cette démarche.

Or, pour devenir partenaire justement, le commerçant devra répondre à une charte éthique. Parmi les critères, on trouve l’utilisation, à un certain pourcentage de produits locaux mais aussi la traçabilité bio et locale des produits ou encore le respect des conditions de travail dans l’entreprise. Enfin, il faudra prouver que le commerce adhère à une démarche de développement durable ; cela peut passer par des choses simples comme la collecte de piles usagées dans une commune ou cela n’existe pas. De facto, avec tous ces critères, les grandes enseignes commerciales nationales ne devraient donc pas pouvoir s’associer à ce dispositif.

Efficace à différents niveaux

Les intérêts sont multiples. Tout d’abord, une monnaie locale impacte fortement les choix et habitudes de consommation des habitants. Elle encourage en effet à consommer de façon plus locale, en privilégiant les circuits-courts. C’est donc un plus à la fois pour les producteurs mais aussi pour les commerces des centres villes. Le tout dans une démarche de développement durable.

Les monnaies locales déjà existantes montrent par ailleurs que ce dispositif stimule l’économie car cette monnaie circule plus rapidement. Lynda Lahalle, conseillère régionale déléguée à l’économie sociale et solidaire souligne en effet que « Cet argent va circuler en boucle. Les habitants achètent en Rollon à l’épicerie, l’épicier mangera dans un restaurant qui se fournira chez un boucher normand qui lui-même achètera la viande auprès de producteurs locaux qui feront appel à des fournisseurs de la région pour d’autres travaux. En payant toutes ces activités en Rollon, on fait fonctionner l’économie locale. Nous cherchons ainsi à maintenir l’attractivité sur les territoires et redynamiser les bourgs et les commerces de proximité ».

Avec le Rollon, la Région Normandie compte bien aussi favoriser la coopération entre tous les forces vives du territoire, que ce soit les collectivités locales, les acteurs économiques, les associations et plus largement les citoyens. Enfin, c’est aussi un outil efficace pour développer et faire rayonner, à plus lointaine échéance la culture normande.

L’utilisation de cette monnaie locale concerne également les collectivités. En effet, une dizaine de collectivités réfléchissent déjà à proposer de régler certains services ou activités comme les transports en commun ou la piscine en Rollon.

Mis à jour le 19 avril 2018

Commentaires