Fil d'actus

Vers une monnaie locale dématérialisée ?

27 juillet 2017

Luciole, Doume, Abeille ou même Bou’Sol, les monnaies locales voient le jour un peu partout en France. Si le concept ne date pas d’hier, certaines monnaies, fortes de leurs succès, poursuivent leur développement sous des formes plus inattendues. Explications.

“Parce qu’on n’est pas des moutons”, c’est la devise inscrite sur les billets de l’agnel, une monnaie locale et solidaire, désignée aussi parfois comme monnaie complémentaire. Si vous venez de Normandie, vous avez sans doute déjà vu circuler ces drôles de coupures. Créée en novembre 2015, elle est déjà utilisée par plus d’une centaine de commerces, entreprises ou associations et par plus de 600 consommateurs. Au total l’an dernier, ce sont environ 74000 agnels qui ont été mis en circulation. Une fédération a même vue le jour pour regrouper 5 structures locales où la monnaie est utilisée. Elle rassemble l’Eure Seine, l’Eure ouest, Rouen/Elbeuf et alentours, Evreux et depuis le mois de mars Dieppe. Le but de l’association est clairement affiché, défendre le commerce local. Sur son site, elle explique ainsi que “pour 1 emploi créé en grande ou moyenne surface , ce sont 5 emplois dans des commerces de proximité qui ferment (…) l’agnel permet de vous assurer que vos commerces de proximité se fournissent localement, au moins en partie” en favorisant des circuits courts et en mobilisant “producteurs, distributeurs et  consom’acteurs autour d’un outil agissant directement pour des pratiques commerciales plus écologiques, plus solidaires”.

Concrètement, un agnel vaut un euro mais l’association offre une bonification de 3% en cadeau correspondant à “ce que prélève votre banquier en moyenne”. La magie de la monnaie locale fait le reste : par comparaison avec une monnaie traditionnelle, la même quantité de monnaie en circulation est “employée davantage de fois et entraîne une activité économique globale beaucoup plus importante” et puisque l’agnel n’est acceptée qu’au sein de sa communauté, leur usage encourage l’achat de biens et de services produits localement et valables localement.

Mais l’on peut être à la fois local et…numérique. En effet, la fédération envisage de transformer les billets en une monnaie dématérialisée et électronique. Interviewée par Tendance Ouest, Delphine Deltour, membre de l’association explique que les utilisateurs, les plus jeunes notamment, souhaitent avoir “une monnaie plus facile à utiliser et plus fluide dans les échanges ». Pour répondre à ces attentes, plusieurs solutions sont envisagées et devraient prochainement être testées. L’agnel pourrait ainsi passer par un paiement par carte ou par smartphone, ou même par  un système utilisant la blockchain. Comme toujours depuis sa création, cette monnaie citoyenne laissera les adhérents choisir afin de pouvoir lancer ce nouveau support à la fin de l’année.

Commentaires