Fil d'actus

Un plan de 50 millions pour développer le numérique en Outre-mer

20 juillet 2017

Dans le cadre du Plan France Très Haut Débit, l’Etat mobilise 50 millions d’euros pour garantir la continuité territoriale numérique dans les Outre-mer grâce à un appel à projets piloté par l’Agence du Numérique.

Alors que près de 90 millions d’euros ont déjà été engagés ces dernières années par l’Etat pour soutenir les projets de déploiements portés par les collectivités territoriales, cet appel à projets doit permettre de neutraliser les surcoûts liés aux transports des données internet entre les Outre-mer et les points de connexion internationaux. Ce sont plus de 2,1 millions d’habitants de 8 territoires d’Outre-mer qui seront concernés par ce dispositif lancé par la ministre des outre-mer, Annick Girardin, et le Commissaire Général à l’Investissement (CGI), Louis Schweitzer en juin dernier. La Guadeloupe, la Martinique, Saint-Martin, Saint-Barthélémy, la Guyane, la Réunion, Mayotte et Saint-Pierre-et-Miquelon sont concernés.

L’idée est de créer d’ici la fin de l’année comme l’indiquent, dans un communiqué commun, la ministre des Outre-mer et le CGI, un véritable “choc de capacité qui les prépare à l’accès au très haut débit”. Grâce à cet engagement, la ministre des Outre-mer souhaite « que soit reposé la question des tarifs d’abonnement, dont le coût parfois excessivement élevé pour les consommateurs ultramarins au regard de leurs revenus contribue à la fracture numérique entre les territoires de la République. Aujourd’hui, relier un territoire d’Outre-mer à un point de la dorsale internet mondiale par câble sous-marin représente un poste de dépense important, qui peut conduire à une limitation des capacités allouées à chaque abonné. Cela peut nuire à la qualité de service, notamment aux heures de pointe, et entraver la continuité territoriale numérique entre les Outre-mer et la métropole. »

Concrètement, les opérateurs fournisseurs d’accès à internet qui décideront d’acheter de la capacité supplémentaire sur les câbles sous-marins afin d’offrir une qualité de service équivalente à celle de la métropole, pourront recevoir dès cette année une aide allant jusqu’à 50% des montants investis. Le taux de subvention baissera à 40% en 2018.

Fin 2015, avec près de 37 milliards d’euros engagés sur une enveloppe globale de 47 milliards d’euros, ce sont plus de 2500 projets qui ont été financés par le CGI. Avec cet appel à projets, il permet d’accompagner et d’anticiper la montée des territoires d’Outre-mer vers le très haut débit portés par les opérateurs privés, les collectivités territoriales et l’État dans le cadre du Plan France Très Haut Débit.

Commentaires