Fil d'actus

UBL c@mpus connecté s’agrandit

01 février 2017

En avril dernier, nous vous avions parlé de cette université du futur répartie dans 35 sites sur toute la Bretagne, l’ensemble étant bien évidemment… interconnecté. Depuis sa création en septembre 2014, cette structure s’est bien développée et inaugure de nouveaux équipements.

Les 76 000 étudiants et 8000 enseignants-chercheurs pouvaient déjà profiter de 126 laboratoires de recherche, 54 salles et amphithéâtres interconnectés de 150 places et de 7 salles de télé-présence immersive. Aujourd’hui, de nouveaux équipements sont officiellement inaugurés. Ils correspondent à une deuxième vague de travaux permettant d’accroître l’efficacité des enseignements. Ainsi, deux nouveaux pôles numériques régionaux ont été construits à Brest (campus Bougen et technopôle Iroise) et deux à Rennes (campus Beaulieu et Villejean). Ces bâtiments, conçus avec un objectif d’architecture novatrice et certifiés Haute Qualité Environnementale (HQE), abritent un concentré d’équipements et de services de haute technologie.

Vendredi 27 janvier, Thierry Mandon, Secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche était présent à Brest pour assister à leur inauguration, en compagnie de Pascal Olivard, président de l’Université Bretagne Loire, mais aussi d’Olivier de Guinaumont, président de Breizh Connect et Jean-Yves Le Drian, président de la Région Bretagne.

Tout au long de cet évènement, de nombreuses interventions et démonstrations ont permis de découvrir les différents espaces. Parmi les nouveaux équipements, le secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a découvert  un télé-amphithéâtre et une salle de télé-présence immersive. Cette technologie répond notamment aux attentes d’une offre de formation qui sera de plus en plus multi-sites, avec une simplicité d’usage qui la rend ouverte à tous. Elle augure ainsi une nouvelle façon de pratiquer l’enseignement et la recherche à distance, plus performante, plus ouverte et enfin moins coûteuse financièrement et écologiquement.

Les étudiants ne sont ainsi pas tous bretons, certains habitent même à plusieurs centaines de kilomètres. C’est le cas notamment de David Limousin, qui, comme nous le rapporte le journal Le Monde : “se cale (tous les matins à 8h) dans son canapé, allume son ordinateur et se connecte à une plateforme de l’université Rennes-II où il est inscrit pour suivre les cours de la licence professionnelle CIAN (Convergence, Internet, Audiovisuel Numérique).” Cet étudiant habite Nancy et gère une entreprise de communication. Aussi, il était impossible pour lui d’aller vivre en Bretagne. Le quotidien nous rapporte également que des classes virtuelles fonctionnant avec des webcam permettent à David d’échanger avec ses professeurs.

 

 

Commentaires