Fil d'actus

Que nous dit le Baromètre 2017 de la santé numérique?

06 avril 2017

Parmi tous les secteurs révolutionnés par le numérique, celui de la santé n’est pas en reste. Pour comprendre la présence de plus en plus importante du numérique dans le quotidien et dans les usages des patients et de leurs médecins, MonDocteur.fr a publié en ce début avril les résultats de son nouveau Baromètre de la santé numérique.

Si, comme l’indique Thibault Lanthier, Co-fondateur de MonDocteur.fr , »la communication entre médecins et patients est de plus en plus aisée, notamment avec l’arrivée du carnet de santé en ligne, ou encore la possibilité d’échanger des documents électroniques.”, le baromètre de la santé numérique 2017 montre des disparités d’utilisation et d’attentes selon le territoire. En effet, alors que 31% des français ont déjà pris un rendez-vous médical en ligne, seuls 8 % des 500 000 professionnels de santé sont équipés du service en France. Que ce soit du côté des patients comme du côté des médecins, les femmes semblent y être beaucoup plus adeptes : 69% des patients prenant leurs rendez-vous en ligne sont  des patientes.

A noter également, des disparités selon les régions. Alors qu’on note une “forte progression de la notoriété et d’une très bonne image en Ile-de-France, en Bretagne, Grand-Est et Hauts de France. La Bourgogne et la Nouvelle Aquitaine restent toujours en retrait. » En effet, seulement 14% de la population bourguignonne dit connaître ce service.

Dans le top 5 des consultations prises en ligne, celle chez son généraliste arrive largement en tête avec 21,7% des rendez-vous, suivie des prises de rendez-vous chez son dentiste avec 17,4%, ophtalmologue avec 12,7%, gynécologue avec 9,1% et enfin dermatologue avec 5,2%.

A noter également que ce sont les centres mutualistes qui sont les plus à la pointe : 75% sont familiers avec le service et 25% des grands établissements de santé comptent s’équiper dans les prochains mois.

Autre information mise en avant par le baromètre, la mise en place d’un carnet de santé en ligne est très attendue, que ce soit par les patients comme les médecins. Tous y voit en effet, un réel avantage à pouvoir partager les antécédents médicaux et les traitements.

Et demain? Quels seront les futurs outils proposés? S’il n’existe pas pour l’instant d’application fiable pour la mettre en place, 53% des patients se disent prêts à franchir le pas .

Côté médecins, de fortes attentes sont exprimées, comme celle d’être enfin débarrassé des aspects administratifs afin de pouvoir se consacrer aux aspects préventifs et curatifs de la médecine. C’est le cas notamment pour le paiement des honoraires. En effet, on estime à 1h30, le temps perdue chaque jour pour encaisser les consultations.
Ils souhaitent également davantage de coopération et d’échanges avec leurs confrères grâce aux nouveaux outils du numérique. L’enjeu est pour eux de pouvoir communiquer aisément avec les professionnels de santé de manière numérique pour la prise en charge et le suivi du patient. Alors, bientôt un “WhatsApp Médical”?

Le baromètre apporte aussi quelques informations sur la télé-consultation. Là encore, on s’aperçoit que le blocage est surtout du côté des professionnels, ils “semblent encore assez réticents à la diffusion de cette pratique de la médecine.” Si la raison principale réside dans le besoin pour “la plupart d’entre eux (de procéder) à un examen clinique approfondi incluant leurs cinq sens avant de poser un diagnostic”, les arguments ne manquent pas. En effet, l’aspect extrêmement chronophage, les interrogations vis-à-vis de la sécurité des données et bien évidemment la non reconnaissance actuelle par la sécurité sociale viennent compléter le tableau des problématiques aujourd’hui sans réponse.

Pour réaliser ce baromètre, deux sondages ont été menés, l’un auprès de 1127 patients répartis sur l’ensemble du territoire et le second auprès de 741 professionnels de santé. Plus de 12 millions de visites sont comptabilisées chaque mois sur MonMédecin.fr. La plateforme rassemble plus de 10.000 praticiens et cabinets médicaux connectés et plus de 300 établissements de santé réparties sur 890 communes en France.

Pour en savoir plus, retrouvez notre JT consacré à l’e-santé en cliquant ici.

Commentaires