Fil d'actus

Pacte pour la ruralité, une bonne idée pour favoriser l’inclusion

08 août 2017

Lancé officiellement en avril dernier par le Conseil Régional Pays de la Loire, le dispositif baptisé “Pacte pour la ruralité” doit permettre d’aider les communes de moins de 3000 habitants à faire face aux problématiques propres à leurs territoires. Parmi les mesures misent en place, l’une d’elles s’adresse tout particulièrement aux jeunes et les invite à devenir des acteurs de l’inclusion numérique.

Maintenir des commerces de proximité, améliorer les conditions de mobilité et de transports, garantir des offres de santé, développer des infrastructures numériques, etc. , les défis des territoires ruraux sont nombreux. Comme le souligne Bruno Retailleau, Président du Conseil Régional des Pays de la Loire, le plan « Pacte pour la ruralité » vise justement à « accompagner (les) territoires ruraux, dans leur diversité, pour renforcer l’accès des populations rurales aux réseaux, à l’emploi, aux services et à la qualité de vie, pour une ruralité ouverte, une ruralité vivante, une ruralité respectée. »

Autre enjeu et de taille, l’inclusion numérique est au cœur des préoccupations alors que de plus en plus de démarches s’effectuent par Internet. Or, si dans la plupart des territoires urbains, des espaces spécifiques ont été créés avec des ordinateurs, mais aussi une présence humaine, ce n’est pas le cas en milieu rural. Pour aider ceux qui ont besoin de se former, la Région compte sur l’expérience et le savoir faire des plus jeunes habitant dans des communes de moins de 3000 habitants. L’idée est en effet de les inciter à s’engager pour former ceux qui ne maîtrisent pas les outils informatiques. En échange, les jeunes prêts à aider les non-initiés à l’outil numérique se verraient soutenir par une aide au permis de conduire ou pour passer le Bafa.

Concrètement, les personnes intéressées doivent se faire connaître auprès de leurs communes. Ces dernières sélectionneront les volontaires parmi les différents candidats éligibles. Les critères sont les suivants : être âgé de 17 à 20 ans révolus, résider en Pays de la Loire, avoir un quotient familial inférieur ou égal à 550 €, avoir une appétence pour les nouvelles technologies et enfin, avoir l’envie de transmettre. Les volontaires seront présents lors de permanences dédiées à la mairie, notamment en période de forte sollicitation comme celle des déclarations des revenus par exemple.

Voilà une bonne idée pour renforcer le lien intergénérationnel tout en répondant à leurs problèmes de mobilité, freinant l’accès à l’emploi ou à la formation.

Commentaires