Fil d'actus

Une Trousse à projets pour aider nos jeunes pousses

09 mars 2017

Nouvelle plateforme de crowdfunding à destination des projets éducatifs, La Trousse à Projets va permettre aux enseignants et à leurs élèves de collecter les sommes nécessaires à la concrétisation de leurs initiatives mais aussi de les faire connaître. De quoi créer une potentielle caverne d’Alibaba quand on sait que plus de 100 000 projets éducatifs sont mis en place partout en France chaque année.

Le plus généralement, ce sont les parents qui sont mis à contribution. Pourtant certains projets mériteraient et pourraient trouver une adhésion beaucoup plus large. C’est en tout cas le pari de la nouvelle plateforme de financement participatif La Trousse à Projets. La plateforme ambitionne de fédérer une communauté sur l’ensemble du territoire. Concrètement, chaque internaute pourra financer des classes de découvertes, des expériences de botanique, de robotique ou encore des échanges interculturels. Les exemples ne manquent pas. L’objectif en revanche est unique : la réussite de tous les élèves.

L’idée est aussi de pouvoir nouer un dialogue entre les classes et les donateurs, en les informant des différentes avancées dans  la réalisation du projet qu’ils ont soutenu.

Si le Ministère de l’Education National, à l’origine de ce projet, s’est intéressé au financement participatif, c’est que ce dernier connaît en France un réel engouement depuis plusieurs années. En 2015, le montant collecté total représentait près de 300 millions d’euros, répartis entre des dons (50,2 millions d’euros), des prêts (197 millions d’euros) et des investissement (50,3 millions d’euros).

Pour concevoir cet outil de financement, le ministère de l’Éducation Nationale s’est associé à l’Office Central de la Coopération à l’Ecole (OCCE), au réseau Canopé ainsi qu’au Crédit coopératif et aux Fonds de dotation pour le numérique à l’école.

Toutes les initiatives présentes sur la plateforme sont validées par les équipes pédagogiques et administratives des établissements. Du côté des donateurs, il est possible de soutenir un projet précis mais aussi de verser une somme pour un territoire ou encore pour un thème spécifique.

Expérimentée dans un premier temps dans les académies de Lille, Montpellier, Orléans-Tour, Reims et Versailles dès la mi-mars, la plateforme devrait être étendue à toute la France, si les résultats sont concluants, en septembre prochain. Cette période de test permettra en outre d’ajouter de nouvelles fonctionnalités comme un espace de partage et de retours d’expériences et un centre de ressources pédagogiques et de méthodologie.

 

 

Commentaires