Fil d'actus

Amélioration des débits internet mobile en zones rurales

12 juillet 2017

Ce ne sont pas les opérateurs qui le disent mais l’ARCEP elle-même dans son baromètre annuel. L’Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes y indique en effet de nombreuses améliorations et progrès en zones rurales mais aussi les points qui restent à améliorer…

Le résumé de ce baromètre à l’avantage de faire la distinction entre les bons et les mauvais élèves : “Tous les opérateurs, à l’exception de Free Mobile, ont amélioré la qualité de leurs services data (…) Orange affiche les meilleurs résultats sur l’ensemble de l’enquête. Bouygues Telecom et SFR sont au coude à coude. Enfin, Free Mobile affiche des résultats sensiblement moins bons sur un grand nombre d’indicateurs.”

Pour la 7ème fois consécutive, Orange est numéro 1 sur la qualité de ses services mobiles. Le réseau mobile de l’opérateur arrive en tête que ce soit sur la navigation web mobile au global dans les transports, sur le débit moyen de téléchargement de fichiers au global mais aussi sur la qualité des appels.

Cette enquête a comme principal intérêt d’aider, dans leurs choix, les consommateurs très souvent “mal informés (sur les) questions de couverture et de qualité de service, le prix ne fait pas tout désormais”. Le second intérêt, comme le souligne Sébastien Soriano,  Président de l’ARCEP est bien évidemment de mettre les opérateurs devant leurs responsabilités puisque “l’utilisation de l’information pour réguler doit (aussi) pousser les opérateurs à investir »

Ce Baromètre du Numérique est devenu une étude de référence, fruit d’un travail collaboratif depuis 2003 entre le Conseil général de l’économie (CGE) et l’ARCEP. En 2016, l’Agence du Numérique s’y est également associée. Pour le réaliser, le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Credoc) interroge chaque année un échantillon représentatif de plus de 2 000 personnes. Cette année, afin de gagner en précision, le périmètre a été élargi de manière importante, doublant presque le nombre de points de mesure.

Seconde nouveauté de cette année, le baromètre prend en compte la question de la mobilité. Ainsi, la qualité du réseau a été mesurée sur l’ensemble des autoroutes mais aussi sur le ferroviaire, incluant l’ensemble des TGV et Intercités, une soixantaine de TER et même le métro de certaines villes comme Lille, Lyon, Marseille, Rennes et Toulouse. Parmi les indicateurs utilisés, on trouve par exemple la mesure de la qualité des appels passés, le temps nécessaire pour recevoir un SMS ou encore le nombre de cas où une page web est chargée en moins de dix secondes.

Malgré des points très positifs, l’ARCEP indique néanmoins aussi que les différences entre les territoires urbains et ruraux demeurent. Tous les usages normalement permis par la 4G, à savoir téléphoner, envoyer de SMS et utiliser la navigation web ne sont pas encore garantis  pour ces derniers. Concrètement, les débits de téléchargement varient, en zone rurale, entre 6 et 14 Mb/s selon les opérateurs, quand ils se situent entre 27 et 46 Mb/s en zone dense. Rappelons que si le débit moyen des téléchargements en 2012, pour l’ensemble des opérateurs était de 3 Mb/s, il atteint aujourd’hui 23 Mb/s. Aussi, l’ARCEP souligne qu’après “plusieurs années de stagnation, les débits augmentent également en zone rurale. » Ainsi, grâce au programme Orange Territoires Connectés, lancé en juin 2016, 5 millions d’habitants supplémentaires de zones rurales auront été couverts en 4G, d’ici cet été. Le régulateur des télécoms note que « cette progression des performances data en zone rurale est le reflet des déploiements 4G des opérateurs ».

L’ensemble des résultats sont disponibles sur monreseaumobile.fr .

Commentaires